Ma Parole ! 

Projet d'une mémoire retrouvée...

Objectif de l'action

Créer des espaces d’échanges partant d’histoires des populations qui ont connu l’exil et le déracinement.

Pourquoi ce projet ?

La méconnaissance des parcours immigrés pousse à l’indifférence, voire au mépris, entre communautés immigrées elles-mêmes, entre générations, mais aussi de la part des groupes de la population française non concernés par cette histoire vis-à-vis de ces communautés d’immigrés.

Mieux se connaître
pour mieux vivre ensemble

Permettre à un immigré portugais de constater la similitude de son parcours avec celui de son voisin marocain, à un immigré italien d’appréhender les ressemblances existant entre sa culture et celle d’un algérien, d’un espagnol ou d’un grec, c’est donner une chance aux préjugés de tomber et à la tolérance d’exister entre groupes d’origines culturelles différentes amenés souvent à cohabiter.

Pour réconcilier les générations

La pudeur et la honte ont généralement amenés les « pères » à taire à leurs enfants cette histoire qui avait été la leur et qui avait permis à la famille de s’installer en France. De ce silence et ce tabou sont nées de nombreuses incompréhensions entre ces groupes générationnels qui se méconnaissent et évoluent avec des conceptions souvent différentes de l’existence. Légitimer la parole des « pères » et reconnaître cette phase de leur vie, c’est permettre aux enfants de mieux comprendre leurs parents et aux générations de mieux s’entendre.

Se reconnaître mutuellement

Aborder l’histoire des immigrations, c’est favoriser la reconnaissance mutuelle entre les différents groupes qui constituent la population française et qui ont souvent du mal à se comprendre. Sortir des clichés qui représentent l’immigré comme un voleur de pain ou un bon à rien et son fils comme un voyou, et le Français comme un homme sans valeur ou sans cœur ; Donner aux Français l’occasion de reconnaître le courage de ces travailleurs qui ont tout quitté pour fuir la misère ou un régime dictatorial afin de donner une nouvelle chance de bonheur à leurs familles, et de montrer à l’immigré les qualités d’accueil du Français. Laisser aux peurs la possibilité de s’exprimer, ces peurs à l’origine du rejet, de la haine, du racisme...

Comment ?

Ce projet se compose de 3 volets :

Premier volet : « Les passeurs ». La compagnie a imaginé de passer la parole à ceux et celles qui souhaiteraient raconter leur histoire, et de recueillir les témoignages de ces tranches de vie d’immigrés Les témoignages (photo, vidéo, performances ou saynètes) seront mis en scène dans des lieux publics de la ville.

Second volet : « Intégration » La compagnie donnera la possibilité aux d’habitants de la commune de participer en tant qu’acteurs bénévoles à la création de la pièce. Une rencontre sur le plateau permettra de déterminer les participants au projet. Un travail particulier sera ensuite proposé aux participants pour les aider à se familiariser avec les techniques théâtrales.

Troisième volet : « La Résidence » Création du spectacle avec les habitants d’après une écriture préexistante (texte des habitants), dans un lieu mis à disposition par les communes intéressées par le projet.

Avec qui ?

L’objectif étant d’associer au projet une majorité d’acteurs socio-culturels de la ville, il sera proposé aux responsables des différentes structures (maisons de quartier, centres socio-culturels...) de mettre en place les différents ateliers (photo, écriture, vidéo etc.) permettant de recueillir les témoignages de ces tranches de vie d’immigrés. La Compagnie proposera certains intervenants artistiques pour épauler les animateurs qui auraient en charge ces différents ateliers. Elle mettra en place une rencontre préliminaire à ce travail avec tous les intéressés pour expliquer le projet.